Evaluation de stages d’été de lecture pour élèves en difficulté

« Évaluation de stages d’été de lecture pour élèves en difficulté »

ipp-summercourse-visuelEnjeux : En France, chaque année, 120 000 élèves sortent du CE1 sans savoir lire. Pour lutter contre ce phénomène qui touche principalement les milieux défavorisés, les instances publiques ont mis en place de nombreux programmes au cours de l’année scolaire. En complément de ces dispositifs, Agir pour l’école en partenariat avec Institut des Politiques Publiques, a développé un programme d’été destiné à développer la conscience phonologique des élèves de Grande Section de maternelle.

Six stages d’été ont été mis en place lors de l’été 2012 dans la circonscription de Calais 1. Les élèves bénéficiaires, identifiés en difficulté potentielle en fin d’année de Grande Section de Maternelle, se sont vu proposer trois semaines d’école supplémentaire le matin de 9h00 à 12h00. Les stages étaient assurés par des enseignants volontaires, recrutés pour faire travailler spécifiquement les compétences qui préparent à l’apprentissage de la lecture.

Présentation du projet : L’objectif de ce projet de recherche est de fournir une évaluation d’impact préliminaire de ce dispositif. Les progrès des élèves stagiaires ont ainsi été comparés aux élèves scolarisés dans la même classe de Grande Section, identifiés eux aussi comme potentiellement en difficulté mais dont les parents n’ont pas souhaité bénéficier du dispositif. Les progrès des deux groupes, bénéficiaires et non bénéficiaires, ont été mesurés avant le stage (Mai 2012) et après le stage (Septembre 2012) sur des dimensions prédictives de l’apprentissage de la lecture (connaissance phonologique,  code alphabétique, …). Des mesures des acquis en lecture (test de fluence) ont également été réalisées en fin de CP (Mai 2013).

Résultats : La faible taille d’échantillon (132 élèves), la faible puissance statistique,  l’attrition différentielle et la faible validé externe, invitent à la prudence quant à l’interprétation des résultats. A court terme, la progression causée par les stages d’été est estimée à 42 % d’un écart-type sur un index global de performance en lecture. Les effets les plus forts sont observés pour les compétences phonologiques (66 % d’un écart-type) mesurées à l’écrit et à l’oral. Néanmoins, la mesure des progressions de fin de CP n’a pas démontré d’effet de long terme du programme, imputable possiblement à la faible puissance statistique. Des recherches complémentaires doivent être menées.

Financement : Agir pour l’Ecole

Chercheur : Adrien Bouguen

projet-lecture-ipp-partenairesLes partenaires :

  • L’Inspection de l’Éducation Nationale de Calais 1