D’une génération à l’autre : écarts de retraite entre les hommes et les femmes dans le privé et le public

« D’une génération à l’autre : écarts de retraite entre les hommes et les femmes dans le prive et le public »

Enjeux : Les inégalités de retraite entre les hommes et les femmes sont devenues une préoccupation politique en France.  Les retraites de droit direct des femmes sont, en moyenne, inférieures de plus de 40% à celles des hommes dans le secteur privé, l’écart étant plus resserré dans la Fonction publique où elles atteignent 80% de celles des hommes. Au-delà des différences de moyenne, étudier les écarts tout le long de la distribution permet d’identifier les déterminants des inégalités et le poids des politiques publiques dans la réduction des écarts.

Présentation du projet : Le projet s’inscrit dans la continuité d’un premier programme de recherche, intitulé « Ecart de retraite entre les hommes et les femmes dans le privé et le public ». L’objectif de ce projet est double. Il s’agit tout d’abord d’analyser les inégalités entre les hommes et les femmes le long de la distribution des pensions et d’évaluer la contribution des différentes composantes de la retraite à ces inégalités (pension de réversion, salaire de référence, durée validée, minima, majorations pour enfants). On distinguera les retraités du secteur privé et du secteur public (fonction publique d’Etat et collectivités locales). On portera une attention particulière à l’efficacité des politiques publiques dans la réduction des inégalités, en étudiant la contribution des minima de pension aux inégalités de pension. Le deuxième volet a pour objet de mesurer la dynamique des inégalités de retraite des hommes et des femmes au vu des modifications de comportements sur le marché du travail entre les générations (surtout pour les femmes) et de leurs répercussions sur les périodes validées et le salaire de référence. On utilisera pour cela plusieurs vagues de l’Echantillon Interrégime des Retraités (EIR) distantes de quatre années, ce qui permet en particulier de séparer dans l’analyse les effets de cohorte des effets d’âge. Ainsi on compare les écarts de retraite entre les femmes et les hommes au même âge (66 ans) pour différentes générations – la dernière génération étudiée est celle née en 1946, qui en 2012, est quasiment entièrement partie à la retraite – et on explicite les facteurs à l’origine des variations observées dans la composition de ces écarts. On pourra ainsi voir si la réduction observée de l’écart de pension moyenne entre hommes et femmes s’accompagne également d’une diminution des écarts dans le haut ou dans le bas de la distribution.

Financement : UNSA Education

Chercheurs IPP associés au projet : Carole Bonnet (Ined), Dominique Meurs (EconomiX et Ined), Benoit Rapoport (Paris 1 et Ined).