Actualités

(Retour d’expérience n°3) Avoir le bac : les effets de l’internat d’excellence de Sourdun sur la scolarité des élèves

J-PAL Europe/IPP – Retour d’expérience n°3

Août 2018

Auteurs : Luc Behaghel, Clément de Chaisemartin et Marc Gurgand

Contacts : luc.behaghel@ens.fr ; clementdechaisemartin@gmail.com ; marc.gurgand@psemail.eu.

…………………………

 

« Avoir le bac : les effets de l’internat d’excellence de Sourdun sur la scolarité des élèves »

 

…………………………

Résumé :

L’internat d’excellence de Sourdun a ouvert ses portes à la rentrée 2009. Il concentre des moyens importants sur des collégiens et lycéens d’origine modeste et de niveau scolaire intermédiaire. En 2009 et 2010, l’internat a reçu plus de candidatures que de places : un tirage au sort parmi les élèves éligibles a permis de constituer un groupe admis à l’internat et un groupe témoin parfaitement comparables. Cette note présente les résultats d’un suivi de la carrière scolaire des élèves, qui ont aujourd’hui tous atteint l’âge du baccalauréat. Alors que les élèves du groupe témoin sont 47 % à obtenir le bac général, ils sont 68 % parmi les candidats admis à Sourdun. Cette augmentation de 21 points de pourcentage résulte pour partie d’une réduction des sorties sans diplôme (cet effet s’observe principalement sur les filles) et pour partie d’une substitution entre bac technologique et bac général (cet effet s’observe principalement sur les garçons). Ces résultats montrent qu’il est possible de transformer radicalement les carrières scolaires d’élèves d’origine modeste, battant ainsi en brèche l’image selon laquelle les politiques scolaires seraient impuissantes face aux inégalités. Mais en investissant des moyens importants sur des élèves de niveau intermédiaire, Sourdun laisse ouverte la question des actions à mener auprès des élèves les plus en difficulté.

Points clés :

  • Le passage par l’internat d’excellence de Sourdun transforme radicalement les carrières scolaires des élèves, en les conduisant beaucoup plus souvent au bac général, obtenu souvent avec mention, et en section S.
  • L’effet est particulièrement marqué pour les élèves entrés à Sourdun dès le collège, dont le projet d’orientation était moins défini que pour ceux candidatant au lycée.
  • Pour les garçons, le bac général vient se substituer principalement au bac technologique; pour les filles, il se substitue aux sorties sans diplôme.
  • Ce programme vise des élèves d’origine modeste et de niveau scolaire médian, mais laisse ouverte la question des actions à mener auprès des élèves les plus en difficulté.