Actualités

(Note IPP n°54) Déconfinement et lutte contre l’épidémie de Covid-19 : grouper les tests pour plus d’efficacité

Note IPP n°54

Avril 2020

Auteurs : Elie Gerschel, Christian Gollier, Olivier Gossner

Contact : ogossner@gmail.com


Déconfinement et lutte contre l’épidémie de Covid-19 : grouper les tests pour plus d’efficacité

Résumé :

La propagation de l’épidémie de Covid-19 est d’autant plus rapide qu’il est difficile de détecter les porteurs du virus. Pendant la durée d’incubation, et plus longtemps encore en cas d’absence de symptômes forts, ceux-ci ignorent qu’ils propagent la maladie. Pour limiter le nombre de victimes de l’épidémie, la stratégie adoptée par la plupart des pays touchés est donc la distanciation sociale voire le confinement, stratégie qui ne peut qu’être limitée dans le temps, étant donné son coût économique, social et humain. Aujourd’hui, la voie la plus praticable pour sortir de l’impasse semble requérir un dépistage généralisé de la population. Ce dépistage permettrait d’isoler les personnes porteuses du virus, et d’autoriser les autres à sortir du confinement. Les capacités de production des tests PCR (Polymerase Chain Reaction) sont néanmoins limitées. Bien qu’elles augmentent, elles ne permettent pas d’envisager un dépistage suffisamment systématique et fréquent pour permettre la levée des lourdes mesures sanitaires. L’utilité de chaque test peut cependant être multipliée, en l’appliquant sur le mélange des prélèvements de plusieurs individus. Cette technique déjà éprouvée dans un autre contexte a été l’objet de premières expérimentations fructueuses sur le coronavirus. Nous montrons comment la méthode de test doit être calibrée pour maximiser l’utilité de chaque test disponible.

Points clés :

  • Pour enrayer la propagation de l’épidémie, le confinement est aujourd’hui le coeur de la stratégie des pays les plus touchés, mais il est trop coûteux pour être durable. Un dépistage massif pourrait permettre de sortir de l’impasse.
  • Le manque de tests limite pour l’instant ce dépistage à quelques dizaines de milliers de personnes par semaine en France, et la production de tests n’augmente pas assez rapidement pour envisager une sortie du confinement.
  • La technique des tests de groupe démultiplie l’utilité de chaque test. Un test de groupe, effectué sur le mélange des prélèvements réalisés sur n personnes, lorsqu’il s’avère négatif, permet de lever le confinement de tous les membres du groupe.
  • La méthode nécessite un calibrage précis de la taille des groupes pour optimiser son efficacité. Elle est d’autant plus utile que la prévalence est faible, c’est-à-dire que la part de la population porteuse du virus au moment du test est faible.
  • Si la prévalence est en moyenne de 2% (sa vraie valeur est inconnue et son estimation est l’un des objets de cette note), chaque test peut permettre, en moyenne, à 18 personnes de sortir du confinement et donc de reprendre le travail.
  • L’utilité des tests justifie d’investir massivement dans l’augmentation de leur production, et ce d’autant plus que les tests de groupe accroissent significativement leur efficacité.
  • Notre approche démontre l’intérêt de la méthode déjà éprouvée des tests de groupe qui doit être expérimentée à plus grande échelle.

Reprises presse