Note IPP n°62 - Février 2021

Secteurs multi-collèges à Paris : quel bilan après trois ans ?

Note IPP n°62

Février 2021

Auteurs : Julien Grenet, Youssef Souidi

Contact : julien.grenet@ipp.eu

…………………………

logo-pdf-minSecteurs multi-collèges à Paris : quel bilan après trois ans ?

 

Publications associées : Rapport IPP n°31 “Renforcer la mixité sociale au collège : une évaluation des secteurs multi-collèges à Paris” (21,5 Mo, 219 pages) ; Synthèse du rapport n°31 réalisée par les auteurs (100 Ko, 8 pages).

Financeur : Ce projet, lauréat de l’initiative présidentielle « La France s’engage », a bénéficié du soutien financier du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, mis en œuvre par le Ministère chargé de la Jeunesse.

Résumé : Pour tenter de réduire la ségrégation sociale entre les collèges de la capitale, la Ville et l’Académie de Paris expérimentent depuis la rentrée 2017 une méthode nouvelle pour affecter les élèves aux collèges publics : les secteurs multi-collèges. Ce dispositif consiste à définir des secteurs communs à plusieurs collèges géographiquement proches mais présentant des compositions sociales contrastées. L’objectif recherché est d’élargir les secteurs des collèges pour rééquilibrer leur recrutement social. Deux modalités distinctes ont été expérimentées pour affecter les élèves dans les trois secteurs bi-collèges mis en place dans les 18e et 19e arrondissements de la capitale : la montée alternée et le choix scolaire régulé. Le bilan des trois premières années d’expérimentation (rentrées 2017 à 2019) est encourageant. Deux des trois secteurs ont atteint leur objectif de mixité sociale et entraîné une nette diminution de l’évitement vers le privé. Dans le troisième secteur, après des résultats initialement décevants, les écarts de composition sociale entre les deux collèges ont commencé à se résorber à partir de la troisième année d’expérimentation et l’évitement vers le privé a reculé. Au-delà du cas parisien, les secteurs multi-collèges constituent une piste prometteuse pour favoriser la mixité sociale dans l’enseignement secondaire public lorsque, comme c’est le cas à Paris, la densité de population est suffisamment importante et le tissu urbain suffisamment diversifié pour permettre un brassage social des publics scolaires.

Points clés :

  • Depuis la rentrée 2017, trois secteurs bi-collèges ont été mis en place dans les 18e et 19e arrondissements de la capitale et ont concerné chaque année environ un millier d’élèves à l’entrée en sixième.
  • Deux modalités ont été mises en oeuvre pour affecter les élèves aux collèges des secteurs fusionnés : la « montée alternée » (secteur Berlioz-Coysevox) et le choix scolaire régulé (secteurs Bergson-Pailleron et Curie-Philipe).
  • Dans les secteurs Berlioz-Coysevox et Bergson-Pailleron, la mixité sociale a fortement progressé dans les classes de sixième et le taux d’évitement vers le privé a diminué de 15 à 30 % entre 2016 et 2019.
  • Dans le secteur Curie-Philipe, le dispositif a entraîné une diminution de 20 % de l’évitement vers le privé entre 2016 et 2019 mais ses effets sur la mixité sociale ont été plus modestes.

Reprises presse