Actualités

L’impact des procédures d’affectation des élèves sur la mixité sociale et scolaire dans les lycées d’Île-de-France

Rapport IPP juin 2014

« L’impact des procédures de sectorisation et d’affectation sur la mixité sociale et scolaire dans les lycées d’Île-de-France »

Auteurs: Gabrielle Fack, Julien Grenet, Asma Benhenda.

………..

Note IPP n°11

« Peut-on accroître la mixité sociale et scolaire dans le système éducatif ? L’impact des procédures d’affectation des élèves dans les lycées d’Île-de-France »

Auteurs: Gabrielle Fack et Julien Grenet

………..

Diaporama, mercredi 2 juillet 2014

Présentation de l’étude au 4e Atelier de l’Observatoire de la mixité sociale et de la réussite scolaire

Hémicycle du Conseil régional d’Île-de-France

Auteurs : Gabrielle Fack, Julien Grenet et Asma Benhenda.


Synthèse

note-ipp-11-rapport-grenet-fackAu cours de la dernière décennie, la généralisation de la procédure Affelnet d’affectation automatisée des élèves et l’assouplissement de la carte scolaire ont profondément modifié l’affectation des élèves après la classe de troisième. Cette note souligne que les procédures mises en œuvre dans les académies franciliennes pour gérer l’affectation après le collège exercent une influence déterminante sur la composition sociale et scolaire des lycées publics. Bien que la segmentation sociale des lycées (selon la catégorie socio-professionnelle des parents) soit globalement plus élevée à Paris que dans les académies de Créteil et de Versailles, la définition de secteurs de recrutement très larges pour les lycées parisiens et la mise en place d’un bonus spécifique en faveur des élèves boursiers sont deux facteurs qui ont très largement contribué à accroître la mixité sociale dans les lycées généraux et technologiques de la capitale. En revanche, l’importance du poids accordé aux notes dans le barème d’affectation parisien explique que la segmentation scolaire des lycées (selon les notes de troisième) y soit beaucoup plus élevée que dans le reste de l’Île-de-France. Dans les limites imposées par les contraintes géographiques, sociales et comportementales qui conditionnent largement leurs effets, les procédures d’affectation apparaissent donc comme des leviers puissants pour agir sur la mixité sociale et scolaire dans le système éducatif.

Points clés

  • Alors que dans les académies de Créteil, le critère de proximité géographique demeure décisif pour l’affectation dans les lycées généraux et technologique, l’académie de Paris a adopté à la rentrée 2008 un système de choix scolaire régulé au sein de vastes secteurs scolaires
  • À Paris, la mise en place du bonus « boursier » a favorisé l’accès des élèves socialement défavorisés aux lycées généraux et technologiques les plus demandés et a contribué à accroître la mixité sociale dans les lycées publics de la capitale
  • En revanche, le poids des notes dans le barème d’affectation parisien explique que la segmentation scolaire des lycées y soit nettement plus élevée que dans les académies de Créteil et de Versailles

Supports complémentaires


Ségrégation sociale dans les lycées franciliens… par lemondefr