Note IPP n°73 - Juillet 2021

Comprendre la stagnation séculaire

Note IPP n°73 – Juillet 2021

Auteur : Jean-Baptiste Michau

Contact : jean-baptiste.michau@polytechnique.edu

 

logo-pdf-minComprendre la stagnation séculaire

 

Présentation : L’un des défis les plus sérieux auxquels font face les économies occidentales est une faiblesse structurelle de la demande, due au vieillissement de la population. Cette faiblesse est à l’origine d’une stagnation séculaire, caractérisée par une inflation faible, une croissance économique atone, et un sous-emploi chronique. Le Japon connaît cette situation depuis 25 ans, et ne semble pas prêt d’en sortir dans un avenir proche. La zone Euro et, dans une moindre mesure, les États-Unis sont dans une situation similaire depuis plus d’une dizaine d’années. Alors que la politique monétaire est désormais inefficace, la politique budgétaire peut stimuler la demande. Cela suppose de mettre en place un plan de relance massif, pour que l’économie soit en “surchauffe” temporaire afin d’en finir avec une inflation durablement trop faible. A l’heure où la pandémie de Covid-19 s’achève, de nombreux pays lancent des plans de relance budgétaire d’une ampleur inédite, offrant ainsi une occasion unique d’en finir avec la stagnation économique. Les mesures de relance récemment annoncées et mises en œuvre aux États-Unis correspondent à une stratégie de ce type. La zone Euro, à l’inverse, ne semble pas vouloir agir en ce sens.

Points clés :

  • Les dernières décennies ont vu le vieillissement de la population mener à une faiblesse structurelle de la demande, entraînant une activité économique ralentie.
  • Pour contrer cette tendance, la politique monétaire a réduit les taux d’intérêt jusqu’à ce qu’ils atteignent 0%, borne en-deçà de laquelle on ne peut plus descendre pour continuer à stimuler l’économie.
  • La stagnation séculaire correspond à une situation combinant taux d’intérêt nul, inflation proche de zéro, et sous-emploi. Le Japon connaît cette stagnation depuis 25 ans, la zone Euro et les États-Unis depuis la crise de 2008.
  • Une inflation plus élevée incite les ménages à consommer aujourd’hui plutôt que demain. La politique optimale consiste donc à augmenter l’inflation suffisamment pour revenir au plein emploi.
  • On peut parvenir à ce résultat grâce à une politique budgétaire de relance qui surchauffe temporairement l’économie, pour amorcer la pression inflationniste sur les prix et les salaires.
  • Tandis que la pandémie de Covid-19 s’achève, de nombreux pays mettent en œuvre des plans de relance budgétaire massifs, qui offrent une occasion unique de sortir du piège d’une inflation trop faible. Les États-Unis semblent ainsi vouloir prendre le risque d’une inflation excessive pour éviter de connaître le sort du Japon. En comparaison, la réaction de la zone Euro paraît plus mitigée.