Note IPP n°25 - Mars 2017

Évaluation des politiques publiques : le bilan contrasté du quinquennat

Note IPP n°25

Mars 2017

Auteurs : Antoine Bozio et Lucile Romanello

Contacts : a.bozio@ipp.eu, lucile.romanello@ipp.eu

 

…………………………

logo-pdf-minÉvaluation des politiques publiques : le bilan contrasté du quinquennat

…………………………

Résumé :

L’évaluation scientifique de l’impact des politiques publiques ouvre la perspective d’un débat public établi sur la base de faits solidement étayés, et in fine, la mise en place de politiques plus efficaces. Cette note propose un bilan du quinquennat 2012-2017 concernant le développement de la démarche d’évaluation en France. Ce bilan est contrasté : très positif d’un côté, avec l’ouverture des données publiques (open data, accès aux données administratives à des fins de recherche, etc.), mais nettement moins favorable en ce qui concerne la réalisation effective de travaux d’évaluation. Malgré des annonces faites au plus haut niveau, force est de constater que la pratique de l’évaluation des politiques publiques reste limitée en France. Elle se voit le plus souvent réduite à un exercice de contrôle des moyens mis en oeuvre, dans le cadre de missions d’audit. Pour remédier à cette situation, il apparaît plus que jamais nécessaire de promouvoir la réalisation de travaux scientifiques d’évaluation, par exemple via des financements dédiés de l’Agence nationale de la recherche (ANR).

Points clés :

  • L’accès aux données administratives à des fins de recherche et d’évaluation a grandement progressé en France grâce à plusieurs modifications législatives.
  • La pratique de l’évaluation des politiques publiques reste très limitée en France, malgré des effets d’annonce et une forte communication.
  • L’évaluation reste, en France, trop souvent synonyme de missions de contrôle évaluant la mise en oeuvre des politiques, plutôt que leur efficacité.
  • Donner des moyens à l’Agence nationale de la recherche pour le financement de travaux scientifiques d’évaluation des politiques publiques permettrait de développer des évaluations sur le long-terme, croisant les regards de différentes disciplines, et en toute indépendance.