Note IPP n°59 - Octobre 2020

Inégaux dès le berceau : des SMS pour améliorer les interactions langagières entre parents et enfants de familles défavorisées ?

Note IPP n°59

Octobre 2020

Auteurs : Clément de Chaisemartin, Charlotte Combier, Quentin Daviot, Marc Gurgand, Sophie Kern

Contacts : marc.gurgand@psemail.eu

…………………………

logo-pdf-minInégaux dès le berceau : des SMS pour améliorer les interactions langagières entre parents et enfants de familles défavorisées ?

 

 

Résumé :

Lorsqu’un enfant issu d’un milieu défavorisé entre à l’école, il maîtrise en moyenne moins bien le langage qu’un enfant issu d’un milieu favorisé. Ce handicap le pénalisera dans ses apprentissages pendant sa scolarité, augmentera ses risques de décrochage et aura des conséquences sur ses conditions de vie futures. De nombreux travaux de recherche soutiennent que l’on peut cependant corriger cette situation dès la petite enfance, notamment en donnant plus de clés aux familles précaires pour aider leurs très jeunes enfants.

Cette étude évalue par essai aléatoire contrôlé le Projet SMS, mené par l’association 1001 mots. Cette intervention a consisté en l’envoi de trois SMS par semaine pendant sept mois, complétés par des appels et envois de livres, afin de sensibiliser des parents de milieux modestes aux enjeux de développement de leur enfant et leur suggérer des idées d’activités et de jeux éducatifs.

Notre étude montre que le Projet SMS produit un impact positif sur les pratiques de lecture des parents les plus précaires et ceux ayant les enfants les plus jeunes. Néanmoins, cet effet demeure faible et ne s’étend pas aux autres pratiques parentales mesurées. Ce résultat pourrait notamment s’expliquer par le fait que les parents déclarent être déjà familiers de la plupart des pratiques recommandées par le programme, laissant donc peu de marge au dispositif pour les faire adopter. Ces impacts limités sur les parents expliquent que l’on ne trouve pas d’effets significatifs sur nos mesures de développement des enfants.

Points clés :

  • En France, près de 500 000 enfants entre 0 et 3 ans grandissent dans une famille pauvre, soit 22,7% des enfants français entre 0 et 3 ans. A leur arrivée en maternelle, ces enfants maîtrisent en moyenne moins bien le langage que les enfants ayant grandi dans une famille aisée.
  • Nous évaluons, par essai aléatoire contrôlé, l’effet d’un programme de soutien par SMS à des parents modestes ayant une place en crèche.
  • Le Projet SMS a un léger impact positif sur les pratiques de lecture des parents, principalement chez les parents les plus précaires et chez ceux ayant les enfants les plus jeunes.
  • Nous n’observons en revanche pas d’effet de l’intervention sur nos mesures de développement des enfants. Ces faibles effets pourraient venir du fait que la plupart des parents disent déjà mettre en œuvre les pratiques recommandées.

Les auteurs remercient pour leur soutien l’ANR, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, la France s’engage, la Fondation Bellon, la Cnaf, et l’Université de Californie Santa Barbara.